Le Code wallon du bien-être animal, facteur de délocalisation (OPINION)

Les expérimentateurs sur animaux ont peur que les associations n’aient un droit de regard sur leurs pratiques. En témoigne l’article ci-dessous.

En ce moment, les expérimentateurs sur animaux tentent de faire pression sur le ministre DI ANTONIO quant à son projet de Code wallon du bien-être animal. Celui-ci a l’intention de permettre aux associations telles que S.E.A. d’avoir un droit de regard sur les projets d’expérimentations animales. Merci de l’encourager. En signant la lettre annexée.


CONTRIBUTION EXTERNE, Publié le – Mis à jour le 

Une opinion d’Eric Muraille, chercheur en immunologie, maître de recherches au FRS-FNRS, ULB.

Ce nouveau code est un danger pour la liberté de pratiquer la recherche en sciences du vivant en Wallonie. Les modèles animaux restent essentiels et indispensables à la mise au point de nouveaux médicaments.

La compétence « bien-être animal », auparavant fédérale, a été régionalisée en juillet 2014. Le cabinet du ministre Di Antonio vient de finaliser une version de l’avant-projet de décret relatif au Code wallon du bien-être animal qui, notamment, traite des futures règles encadrant l’expérimentation recourant aux animaux de laboratoire dans les universités. Ce projet de code vise à transcrire dans le droit wallon la Directive européenne 2010/63 relative à la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques. L’Académie royale de Belgique et l’Université de Liège avaient analysé en 2017 sa précédente version, exprimé des inquiétudes et soumis au gouvernement wallon des analyses critiques et argumentées. Aucune concertation n’en a résulté.

Un nouveau conseil

Jusqu’à présent, l’expérimentation animale au sein des universités nécessitait l’acceptation des projets de recherche par une commission d’éthique locale à l’université. Ces commissions, agréées par le Service public de Wallonie (SPW) et au nombre d’une quarantaine, sont composées d’un panel de scientifiques appartenant à l’université, d’un biostatisticien, d’un vétérinaire en charge du bien-être animal et d’au moins deux experts extérieurs à l’institution. Le nouveau code propose la création d’un nouveau Comité wallon de protection des animaux d’expériences dont feraient aussi partie « les représentants des associations de protection animale, des refuges pour animaux, de la recherche scientifique, de la profession vétérinaire et des éleveurs » (Art. D.97). Celui-ci délivrerait à l’administration ses recommandations concernant « l’autorisation finale des projets expérimentaux ».

Taxer l’expérimentation animale

Les qualités nécessaires pour juger un projet scientifique sont nombreuses et variées : une compétence en toutes matières de la recherche préclinique, en toutes espèces animales, une formation en éthique, des connaissances en biomédecine,… etc. Il n’est pas démontré à ce stade que le SPW puisse satisfaire toutes les conditions qui sont remplies actuellement par les commissions d’éthique locales. Dans quel délai, avec quels experts et pour quel coût le SPW examinera-t-il les 500 dossiers éthiques déposés annuellement ? Rien n’est précisé à ce stade, si ce n’est que l’examen des dossiers éthiques, actuellement gratuit, deviendrait payant pour les laboratoires.

En Hollande, ou ce système d’avis payant a été instauré, les chercheurs doivent s’acquitter de 1035 à 1500 € par projet déposé, ce qui ne suffit pas encore à assurer le fonctionnement de cette administration qui coûte plus d’un million d’euros/an à l’Etat. De plus, le prix serait notamment fonction « du nombre d’animaux, par espèces, prévus pour la réalisation du projet ». (Art. D.94), ce qui reviendrait dans les faits à instaurer une taxe sur l’expérimentation animale, comme l’exigeaient de nombreuses associations de protection animale. Les projets de recherche impliquant des animaux réalisés dans les universités sont, pour la plupart, reconnus d’utilité publique, financés par l’Etat et donc, par le contribuable.

Comme l’ont rappelé récemment les Fédérations des Académies européennes des Sciences, de Médecine et l’Alliance for Biomedical Research in Europe (BioMed Alliance) qui regroupe les plus importantes sociétés médicales européennes (plus de 400 000 chercheurs et professionnels de la santé), les modèles animaux continuent d’être essentiels et indispensables à la compréhension des maladies, à l’identification de nouvelles cibles thérapeutiques et à la mise au point de nouveaux médicaments dont l’efficacité et la sécurité ne peuvent être évaluées uniquement in vitro (1). Le nombre d’animaux indispensables aux projets de recherches est examiné et validé par les commissions d’éthique. Il ne peut être diminué sans affecter la qualité de l’étude. Une taxation ne fera donc que réduire les moyens disponibles pour collecter les données expérimentales, ce qui est totalement contre-productif avec l’objectif de raffinement de l’expérimentation défini par la règle des 3Rs.

Blocage par des associations

On peut s’attendre à ce que la présence au sein du Conseil de représentants d’associations de protection animale, dont l’objectif prioritaire est l’abolition de l’expérimentation animale, mène au blocage complet de nombreux projets en sciences du vivant si ces représentants sont impliqués dans la délivrance des autorisations. Le code ouvre même la possibilité aux experts autoproclamés de ces associations de se voir confier l’inspection des animaleries : « Le gouvernement peut habiliter une personne morale à effectuer, en matière de bien-être animal, des missions de contrôle qui lui sont expressément confiées. » (Art. D.103). On peut craindre que ces associations n’exigent d’obtenir, sous prétexte d’exercer au mieux leurs missions, les documents confidentiels des laboratoires universitaires et des firmes pharmaceutiques. Ce qui menacerait la confidentialité des projets de recherche en cours et le respect du secret d’affaires.

Dans leur forme actuelle, les mesures introduites dans le nouveau Code wallon du bien-être animal représentent un danger pour la liberté de pratiquer la recherche en sciences du vivant en Wallonie. Elles engendreront un surcoût important de l’activité de recherche, déjà notoirement sous-financée, ce qui mènerait les universités et les chercheurs à réduire leurs activités dans ces domaines et affecterait notre capacité à innover. Ces mesures sont également de nature à décourager les futurs investissements pharmaceutiques en Wallonie et à favoriser la délocalisation des activités de recherche. Un comble alors que le développement de biotechnologies est un objectif phare du plan Marshall 4.0 soutenu par le gouvernement wallon.


LETTRE D'ENCOURAGEMENT AU MINISTRE DI ANTONIO.

Cette pétition est maintenant close.

Date de fin: May 28, 2018

Signatures recueillies: 175

Signature objectif: 250

175 signatures

Attention de bien vérifiez votre courrier indésirable, celui-ci n’est pas un indésirable !

Dernières signatures
175 M Michel F. Bruxelles, Bruxelles Capitale 1200 Mr le Ministre, tenez bon. Ne vous laissez pas influencer par de pseudos arguments économiques. Mai 24, 2018
174 Mlle Pauline R. Mai 16, 2018
173 on Antonio C. florennes, Namur 5620 Belgique Meri pour votre action positive en faveur de la vie de tous les êtres. Avec Respect. Bien à Vous Mai 15, 2018
172 Mme Catherine G. Bruxelles, - None - 1040 Belgium Mai 05, 2018
171 on Dominique B. Gosselies, Hainaut 6041 Belgique Gosselies Mai 03, 2018
170 on Cathy C. Paris 75020 France Paris Avr 30, 2018
169 on Nadine D. Saint-Nicolas, Région 4420 Belgique Saint-Nicolas Avr 22, 2018
168 on Christine L. Kraainem, Kraainem 1950 Belgique Kraainem Avr 22, 2018
167 on Gabrielle B. MULHOUSE, FRANCE 68200 FRANC Il y des méthodes de substitution. Arrêtons de prendre les animaux pour des objets. Il faut arrêter ces souffrances inutiles. J'ai honte. Avr 22, 2018
166 on Patricia C. Olne, Liege 4877 Belgique Olne Avr 22, 2018

LETTRE D' ENCOURAGEMENT AU MINISTRE DI ANTONIO FACE AUX PRESSIONS DES EXPERIMENTATEURS

Lettre en téléchargement ICI

La pétition est aussi sur MesOpignion.com


À lire aussi :

Le scandale des médicaments qui soignent la souris mais pas l’humain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.










Arrêtez les transports longues distances d’animaux vivants

Cet état de fait dure depuis de nombreuses années. Des films tournés, le plus souvent en caméra cachée, ont montré le martyre enduré par ces

42 signatures = 4% de l’objectif

0
1000

Transports longues distances d'animaux vivants

Monsieur le Ministre,

**votre signature**



© Solange T\'Kint, asbl S.E.A. Suppression des Expériences sur l\'Animal - www.stop-vivisection.be

Partagez ça avec vos amis:

Demande d’une commission d’enquête au parlement fédéral.

En tant que citoyen(ne) belge et qu'ami(e) des animaux, je fais appel à vous afin que vous déposiez une proposition d'enquête parlementaire

164 signatures = 33% de l’objectif

0
500

Demande d’une commission d’enquête au parlement fédéral.

Chambre des représentants

**votre signature**

Partagez ça avec vos amis:

Signez la pétition

Pétition, exportations de moutons vivants d’Australie vers le Moyen-Orient

139 signatures = 28% de l’objectif

0
500

Exportations de moutons vivants d'Australie vers le Moyen-Orient.

Monsieur l\'Ambassadeur,

**votre signature**

Partagez ça avec vos amis:

Signez la pétition.

Lettre au fonds Léon Frédéricq qui attribue l’argent des généreux donateurs à l’expérimentation animale

134 signatures = 67% de l’objectif

0
200

Lettre au fonds Léon Frédéricq qui attribue l'argent des généreux donateurs à l'expérimentation animale

Madame Caroline MAZY, Monsieur Quentin Boniver.

**votre signature**

Partagez ça avec vos amis:

Pétition destinée au Télévie

Ce sont des expérimentateurs sur animaux qui sont ainsi financés et donc que des souris, des rats, des poissons, des moutons, des truies,...

661 signatures = 44% de l’objectif

0
1500

Pétition destinée au Télévie

Mesdames, Messieurs,

**votre signature**

Partagez ça avec vos amis:

Signez la pétition

Les 18 et 19 septembre 2018, les croyants juifs fêteront le jour du grand pardon

96 signatures = 10% de l’objectif

0
1000

Pétition Yom Kippour

Nous nous adressons à vous à propos de la fête juive du Yom Kippour

**votre signature**

Partagez ça avec vos amis:

Vous pouvez aider les animaux en aidant S.E.A. à lutter contre la maltraitance animale dans les laboratoires d’expérimentation.
Vous pouvez faire un don de 5 €, 10 €, 15 € sur le compte S.E.A. BE59 0682 0310 8226, rue des Cotillages 90, 4000 LIEGE
A partir de 15 €, vous devenez membre de S.E.A. et vous recevrez notre trimestriel pendant un an.
Tout don sera utilisé uniquement pour les animaux!









%d blogueurs aiment cette page :