La recherche animale danoise annonce un « effet domino » et peut-être davantage

Un article récemment publié par une équipe de scientifiques au Danemark (1) suggère que la recherche animale subit l’«effet domino», c’est-à-dire que l’interdiction d’utiliser l’animal dans la recherche va toucher une espèce animale après l’autre. Ceci est dû, en grande partie, à une forte mobilisation de l’opinion publique. Ainsi, les scientifiques danois proposent désormais d’utiliser des porcs plutôt que des singes parce qu’ils considèrent l’utilisation des porcs comme moins controversée.

« L’effet domino » a débuté le 18 novembre 2015, lorsque Francis Collins, directeur du National Institutes of Health aux Etats-Unis, a déclaré que son organisation «ne financera plus la recherche biomédicale sur les chimpanzés» (2). Cette décision découlait à la fois de la pression de l’opinion publique et d’un rapport scientifique officiel. Après le chimpanzé, l’animal le plus proche de l’homme est le singe. Cependant, on constate déjà que l’opinion publique n’accepte pas plus la recherche sur les singes comme nous le montre l’exemple de l’Université de Radboud aux Pays-Bas, qui met fin à toute recherche sur les primates en 2017 (3).

Les chercheurs sur les animaux au Danemark comptent donc, par anticipation, utiliser davantage le cochon pour remplacer le singe. Il est clair que cette décision n’est pas fondée sur une argumentation scientifique mais prise plutôt par crainte de l’opinion publique.

Chimpanzees at Chimp Haven are often seen grooming and playing with one another. Chimp Haven

Les humains et les singes sont séparés par 25 millions d’années d’évolution, ce qui explique pourquoi le singe est génétiquement si différent de l’homme. Et les humains et les porcs sont séparés par environ 80 millions d’années d’évolution.

Au lieu de continuer à gaspiller des ressources précieuses et des vies animales, les scientifiques devraient plutôt se focaliser sur des méthodes de recherche directement applicables à l’homme, une évidence à l’ère de la connaissance du génome humain. La société se réveille enfin du fait que des milliards d’euros dépensés et des millions de vies animales perdues n’ont pas abouti aux résultats escomptés en matière de santé humaine. La communauté scientifique ferait bien de tenir compte de cette prise de conscience avant que l’effet domino se transforme en tsunami d’opinion publique.

Références bibliographiques :

1. http://www.wyczy.ane.pl/pdf/7620.pdf
2. https://www.nih.gov/about-nih/who-we-are/nih-director/statements/nih-will-no-longer-support-biomedical-research-chimpanzees
3. http://voxweb.nl/international/give-laboratory-monkeys-a-humane-retirement

 2,350 total views,  4 views today

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.










CONTRE L’ABATTAGE RITUEL SANS ÉTOURDISSEMENT.

Dans la région de Bruxelles-Capitale, l’abattage rituel sans étourdissement est toujours autorisé.

2,912 signatures = 73% de l’objectif

0
4000

SIGNEZ CONTRE L'ABATTAGE SANS ETOURDISSEMENT.

Monsieur le Ministre du Bien-être animal,

Les personnes qui s'opposent aux souffrances inutilement imposées aux animaux sont de plus en plus nombreuses, en Belgique comme en Europe.

L'abattage rituel est, à ce propos, particulièrement choquant. Il est en effet interpellant que l'on puisse encore, à notre époque, égorger des bêtes et les vider de leur sang alors qu'elles en sont conscientes. 

L'année dernière, la Wallonie et la Flandre ont adopté un décret qui impose l'étourdissement lors de l'abattage rituel. En Région bruxelloise, rien n'a été fait ! Pourtant, une majorité de d'électeurs bruxellois souhaitent l'adoption d'une loi imposant l'étourdissement. De nombreuses personnes affirment d'ailleurs que leur choix politique est influencé par la prise en considération du bien-être des animaux, notamment lors de l'abattage rituel.

De nombreuses personnes sont révoltées par ces mises à mort d'un autre âge et demandent que le bien-être animal soit respecté.

Ce 31 juillet aura lieu la fête du sacrifice. En région de Bruxelles-Capitale, de nombreux animaux seront mis à mort sans étourdissement préalable ce qui entraînera pour eux de grandes souffrances.

Je ne veux pas de cela, Monsieur le Ministre. Il est plus que temps d'imposer l'étourdissement préalable à la mise à mort. C'est ce qui a été fait en Wallonie et en Flandre. Qu'attend Bruxelles ? Je me pose la question.

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre du Bien-être animal, mes salutations distinguées..

**votre signature**

Demande d’une commission d’enquête au parlement fédéral 2020.

En tant que citoyen(ne) belge et qu'ami(e) des animaux, je fais appel à vous afin que vous déposiez une proposition d'enquête parlementaire

198 signatures = 13% de l’objectif

0
1500

Demande d’une commission d’enquête au parlement fédéral 2020.

Chambre des représentants

**votre signature**

Pétition destinée au Télévie

Ce sont des expérimentateurs sur animaux qui sont ainsi financés et donc que des souris, des rats, des poissons, des moutons, des truies,...

745 signatures = 50% de l’objectif

0
1500

Pétition destinée au Télévie

Mesdames, Messieurs,

**votre signature**



https://www.stop-vivisection.be

Partagez ça avec vos amis:

Vous pouvez aider les animaux en aidant S.E.A. à lutter contre la maltraitance animale dans les laboratoires d’expérimentation.
Vous pouvez faire un don de 5 €, 10 €, 15 € sur le compte S.E.A. BE59 0682 0310 8226, rue des Cotillages 90, 4000 LIEGE
A partir de 15 €, vous devenez membre de S.E.A. et vous recevrez notre trimestriel pendant un an.
Tout don sera utilisé uniquement pour les animaux!









%d blogueurs aiment cette page :