AU NOM DES ANIMAUX QUI SOUFFRENT DANS LES LABORATOIRES DE L’UNIVERSITE DE LIEGE, VENEZ NOUS REJOINDRE devant l’université, place du XX Août, le 11 septembre 2018, de 14h à 16h30′

La recherche animale est en crise aujourd’hui. Les chercheurs utilisant des animaux veulent nous faire croire qu’ils sont victimes de « harcèlement » de la part des associations de protection animale. Mais c’est loin d’être la vraie raison pour laquelle ces chercheurs se sentent tellement mal à l’aise. En fait, près de 87,5% de la recherche biomédicale (en grande partie faite sur des animaux) serait inefficace. Pourtant des centaines de millions d’animaux ont été « sacrifiés » au cours des dernières décennies dans le monde entier et des centaines de milliards d’euros et de dollars ont été et sont encore attribués à la recherche sur animaux. Pour quel résultat concrètement ? On peut se poser la question.

Notre société a trop fait confiance aux hommes et aux femmes en blouses blanches œuvrant dans des laboratoires bien discrets. Ceux-ci nous ont promis de trouver des traitements pour telle ou telle maladie mais à la condition sous-tendue que nous soyons généreux, et même très généreux avec nos dons. Nous sommes aujourd’hui tous victimes d’une politique de sécurité sanitaire scandaleuse. On nous a fait croire que les souris nous ressemblent parce qu’elles possèdent également un système nerveux et un système immunitaire. C’est exactement l’état des lieux de la médecine à l’époque de Claude Bernard (1865) alors que nous sommes séparés des souris par 70 millions d’années d’évolution.

Depuis de nombreuses années, un large mouvement citoyen préoccupé par le sort des animaux dits « de laboratoire » s’est développé tant dans l’Union européenne qu’en Belgique où le bien-être animal a été régionalisé en 2014. De nombreux Wallons ont fait entendre leur voix auprès du Ministre du Bien-être animal et lui ont communiqué leur souci de voir une recherche moderne sans animaux utilisée enfin dans les laboratoires.

Les associations de défense animale et les scientifiques opposés à l’expérimentation animale qui veulent s’exprimer au nom des animaux font régulièrement face à une levée de bouclier de la part des expérimentateurs sur animaux voire à des manœuvres d’intimidation de la part de certains de ceux-ci.
Alors, le 11 septembre 2018 (de 14h à 16h30) nous serons présents devant l’université de Liège pour parler au nom des animaux et pour dénoncer les souffrances dont ils sont encore victimes actuellement car, contrairement à ce que les expérimentateurs veulent vous faire croire la loi ne protège pas les animaux :

  • les commissions d’éthique chargées d’évaluer les projets d’expérimentation ne sont toujours pas indépendantes puisqu’elles sont composées de représentants des laboratoires, notamment des expérimentateurs sur animaux eux-mêmes. La demande de S.E.A. d’y intégrer des représentants de la protection animale (notamment des médecins, vétérinaires, biologistes agréés par les associations protectrices des animaux) n’a pas été retenue ;

  • les registres reprenant le nombre d’animaux utilisés dans chaque laboratoire sont toujours complétés par les expérimentateurs sur animaux eux-mêmes ; on peut donc réellement douter de la fiabilité de ces chiffres qui servent à établir les statistiques annuelles relatives à l’utilisation des animaux dans les laboratoires ;

  • l’expert chargé au quotidien du bien-être animal et de l’état de santé des animaux au sein du labo est désigné par le responsable du laboratoire lui-même ;

  • le laboratoire désigne lui-même dans son établisement une cellule locale chargée du bien-être des animaux ;

  • un résumé non confidentiel et non technique de chaque projet d’expérimentation doit être rédigé par l’expérimentateur qui soumet celui-ci à la commission d’éthique. Ces résumés doivent être mis annuellement à la disposition du public. Ils doivent être publiés chaque année. La dernière publication date de 2016.

La volonté initiale du ministre en charge du Bien-être animal de rendre la loi sur la protection des animaux dits “de laboratoire” plus efficace a donné lieu à une levée de bouclier de la part d’expérimentateurs sur animaux au prétexte que l’intégration de représentants d’associations de protection animale dont l’objectif est l’abolion de l’expérimentation animale dans des organes de contrôle amènerait une diminution du nombre d’animaux utilisés lors des expérimentations animales (le refus de diminuer le nombre d’animaux utilisés va à l’encontre de la directive européenne de 2010/63) et menacerait soi-disant la confidentialité des pojets de recherche en cours et le respect du secret des affaires!

Nous serons donc devant l’université de Liège, le 11 septembre 2018, au nom des animaux qui souffrent dans les laboratoires de cette université mais aussi dans d’autres laboratoires universitaires ou privés partout en Belgique, en Europe et dans le monde.

Les opposants à l’expérimentation animale ne sont plus une minorité marginale. Un large mouvement citoyen s’est développé. 68 % des Européens demandent la fin de l’expérimentation animale. Des scientifiques partisans d’une recherche moderne et efficace sans animaux font entendre leur voix depuis de nombreuses années, sans se laisser intimider. Cette volonté d’intimidation de la part des expérimentateurs sur animaux n’étant nourrie que par la peur du changement.

Et en effet, le changement est en marche. Nous serons devant l’université de Liège le 11 septembre 2018, d’autres seront présents dans d’autres villes, dans d’autres pays, devant d’autres laboratoires… pour dire non aux expérimentations sur les animaux !

Le progrès est en marche et rien ne l’arrêtera.

asbl S.E.A. – Suppression des Expériences sur l’Animal

VOUS POUVEZ NOUS CONTACTER :

Solange T’KINT
Administratrice
0497 62 00 89
Yves DALCQ
Membre effectif
0497 23 25 23

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Événement sur Facebook ICI






 4,446 total views,  2 views today

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.










CONTRE L’ABATTAGE RITUEL SANS ÉTOURDISSEMENT.

Dans la région de Bruxelles-Capitale, l’abattage rituel sans étourdissement est toujours autorisé.

3,039 signatures = 61% de l’objectif

0
5000

SIGNEZ CONTRE L'ABATTAGE SANS ETOURDISSEMENT.

Monsieur le Ministre du Bien-être animal,

Les personnes qui s'opposent aux souffrances inutilement imposées aux animaux sont de plus en plus nombreuses, en Belgique comme en Europe.

L'abattage rituel est, à ce propos, particulièrement choquant. Il est en effet interpellant que l'on puisse encore, à notre époque, égorger des bêtes et les vider de leur sang alors qu'elles en sont conscientes. 

L'année dernière, la Wallonie et la Flandre ont adopté un décret qui impose l'étourdissement lors de l'abattage rituel. En Région bruxelloise, rien n'a été fait ! Pourtant, une majorité de d'électeurs bruxellois souhaitent l'adoption d'une loi imposant l'étourdissement. De nombreuses personnes affirment d'ailleurs que leur choix politique est influencé par la prise en considération du bien-être des animaux, notamment lors de l'abattage rituel.

De nombreuses personnes sont révoltées par ces mises à mort d'un autre âge et demandent que le bien-être animal soit respecté.

Ce 31 juillet aura lieu la fête du sacrifice. En région de Bruxelles-Capitale, de nombreux animaux seront mis à mort sans étourdissement préalable ce qui entraînera pour eux de grandes souffrances.

Je ne veux pas de cela, Monsieur le Ministre. Il est plus que temps d'imposer l'étourdissement préalable à la mise à mort. C'est ce qui a été fait en Wallonie et en Flandre. Qu'attend Bruxelles ? Je me pose la question.

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre du Bien-être animal, mes salutations distinguées..

**votre signature**

Demande d’une commission d’enquête au parlement fédéral 2020.

En tant que citoyen(ne) belge et qu'ami(e) des animaux, je fais appel à vous afin que vous déposiez une proposition d'enquête parlementaire

216 signatures = 14% de l’objectif

0
1500

Demande d’une commission d’enquête au parlement fédéral 2020.

Chambre des représentants

**votre signature**

Pétition destinée au Télévie

Ce sont des expérimentateurs sur animaux qui sont ainsi financés et donc que des souris, des rats, des poissons, des moutons, des truies,...

769 signatures = 51% de l’objectif

0
1500

Pétition destinée au Télévie

Mesdames, Messieurs,

Mesdames, Messieurs,

Permettez-moi de vous écrire en tant que parent et ami des animaux.

Depuis 1989, le Télévie organise une récolte de fonds destinés à aider la recherche (c.à.d. le FNRS – Fonds National de la Recherche Scientifique) « dans sa lutte contre le cancer et la leucémie ». Cette année, la somme récoltée s'élève à 13.315.462,48 € et la Commission Télévie va sélectionner les projets de recherche qui vont être financés avec les dons de généreux donateurs qui pensent soutenir une médecine moderne et ainsi contribuer à guérir des enfants et des adultes atteints de ces maladies.

Or, l’analyse du financement des chercheurs par le Télévie montre que ce sont des expérimentateurs sur animaux qui sont ainsi financés et donc que des souris, des rats, des poissons, des moutons, des truies et d’autres animaux en seront les victimes.

Le public très généreux, pensant soutenir une médecine moderne et des méthodes pertinentes pour l’espèce humaine, contribue ainsi, sans le vouloir, à financer la recherche sur animaux. Or, il est prouvé que ces supposés « modèles » biologiques de l’homme sont de pures fictions. Ils sont incapables de mimer le déroulement de la maladie chez l’homme et encore moins de trouver une thérapie pour sa guérison. (Notes infra: 1 à 10)

Je vous demande donc de m’apporter la garantie que tout don à la campagne Télévie ne servira pas en réalité à des recherches sur des « modèles » animaux, inutiles et sans lendemain au mieux, très dangereuses pour notre santé, le plus souvent.

1. https://www.bmj.com/content/348/bmj.g3719
2. https://www.bmj.com/content/348/bmj.g3387
3. https://www.bmj.com/content/328/7438/514.abstract
4. http://antidote-europe.org/code-nuremberg-nuit-a-sante-personnes/
5. http://antidote-europe.org/rigor-mortis-science-rigide/
6. http://antidote-europe.org/recherche-biomedicale-beaucoup-de-gaspillage/
7. https://www.lemonde.fr/sciences/article/2015/02/16/la-souris-pas-top-modele_4577592_1650684.html
8. https://peh-med.biomedcentral.com/articles/10.1186/1747-5341-4-2
9. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4594046/
10. http://www.medsci.org/v10p0206.htm

**votre signature**



https://www.stop-vivisection.be

Vous pouvez aider les animaux en aidant S.E.A. à lutter contre la maltraitance animale dans les laboratoires d’expérimentation.
Vous pouvez faire un don de 5 €, 10 €, 15 € sur le compte S.E.A. BE59 0682 0310 8226, rue des Cotillages 90, 4000 LIEGE
A partir de 15 €, vous devenez membre de S.E.A. et vous recevrez notre trimestriel pendant un an.
Tout don sera utilisé uniquement pour les animaux!









%d blogueurs aiment cette page :