Vos contributions ne doivent pas servir au financement de tests de nage forcée jusqu’à épuisement et de gavage à l’alcool – Pétition destinée à la ministre F. Bertieaux

 

Des tests de nage forcée sont toujours pratiqués en Belgique et notamment à l’université de Liège.

Ce test cruel consistant à placer de petits animaux dans des récipients remplis d’eau desquels ils ne peuvent s’échapper et où ils sont forcés de nager sans répit pour éviter de se noyer, est réalisé sous le prétexte d’élucider la question de la dépression chez les humains.

Ces expériences ne font que terrifier des animaux et repousser le développement de traitements efficaces. Par exemple, dix-huit années de ces expériences chez Pfizer (3ème plus grande société pharmaceutique au monde qui a d’ailleurs renoncé à ces tests depuis octobre 2019) n’ont abouti à aucun médicament commercialisable pour traiter la dépression chez l’humain.

A l’université de Liège, des jeunes souris sont sacrifiées pour de tels tests. Préalablement rendues alcooliques, les souris subissent plusieurs tests de comportement et notamment celui de la nage forcée jusqu’à épuisement dans un cylindre en verre rempli d’eau afin d’estimer leur niveau de dépression. Elles sont ensuite tuées à la fin de l’étude et leur cerveau est examiné.

On reste sans voix face à de telles prouesses scientifiques !

Une publication scientifique, datant du 22 septembre, intitulée « Le test de nage forcée ne parvient pas à mesurer la dépression humaine » ne peut être que recommandée aux expérimentateurs mais également aux commissions d’éthique qui autorisent de tels tests. En ce qui concerne les tests relatifs à l’alcool, qui sont rappelons-le interdits au Royaume-Uni depuis le 6 novembre 1997, il est temps que les chercheurs belges rendent des comptes et expliquent combien de vies humaines ont été sauvées grâce aux milliers de souris et aux rats rendus alcooliques et finalement tués.

Nous vous invitons à signer la pétition destinée à la ministre F. Bertieaux qui finance la recherche. Refusez que l’argent de vos contributions finance des tests cruels et inutiles.

Non au financement de tests de nage forcée et de gavage à l'alcool par le contribuable

Madame la Ministre F. Bertieaux,

Je reviens vers vous à propos des tests nage forcée jusqu’à épuisement, toujours pratiqués en Belgique alors que 15 entreprises pharmaceutiques et deux universités y ont renoncé.
Ce test cruel consistant à placer de petits animaux dans des récipients remplis d’eau desquels ils ne peuvent s’échapper et où ils sont forcés de nager sans répit pour éviter de se noyer, est réalisé sous le prétexte d’élucider la question de la dépression chez les humains.
Ces expériences ne font que terrifier des animaux et repousser le développement de traitements efficaces. Par exemple, dix-huit années de ces expériences chez Pfizer (3ème plus grande société pharmaceutique au monde qui a d’ailleurs renoncé à ces tests depuis octobre 2019) n’ont abouti à aucun médicament commercialisable pour traiter la dépression chez l’humain.

A l’université de Liège, des jeunes souris sont sacrifiées pour de tels tests. Préalablement rendues alcooliques, les souris subissent plusieurs tests de comportement et notamment celui de la nage forcée jusqu’à épuisement dans un cylindre en verre rempli d'eau afin d’estimer leur niveau de dépression. Elles sont ensuite tuées à la fin de l’étude et leur cerveau est examiné.
On reste sans voix face à de telles prouesses scientifiques !
Une publication scientifique, datant du 22 septembre, intitulée « Le test de nage forcée ne parvient pas à mesurer la dépression humaine » ne peut être que recommandée aux expérimentateurs mais également aux commissions d’éthique qui autorisent de tels tests.
En ce qui concerne les tests relatifs à l’alcool, qui sont rappelons-le interdits au Royaume-Uni depuis le 6 novembre 1997, il est temps que les chercheurs belges rendent des comptes et expliquent combien de vies humaines ont été sauvées grâce aux milliers de souris et aux rats rendus alcooliques et finalement tués.
C’est en tant que contribuable que je m’adresse à nouveau à vous aujourd’hui. Comment se fait-il que des tests de nage forcée dont l’inutilité est reconnue par les plus grandes entreprises pharmaceutiques et des universités soient toujours financés avec mon argent ?
Je m’interroge également sur le rôle des commissions d’éthique qui approuvent de tels tests, même si je n’ai pas la naïveté de croire qu’elles sont indépendantes.

Veuillez agréer, Madame la Ministre F. Bertieaux, mes salutations distinguées.

%%votre signature%%

57 signatures

Partager avec vos amis:

   





[1] Il s’agit des entreprises AMGEN (arrêt des tests de nage forcée en mai 2021), GlaxoSmithKline (juin 2020), Bristol Myers Squibb (janvier 2020), BAYER (novembre 2019), Pfizer (octobre 2019), AstraZeneca (août 2019),  Novo Nordisk A/S (août 2019), Boehringer Ingelheim (juillet 2019), Roche Pharma (juin 2019), Johnson & Johnson (mars 2019), AbbVie Inc (décembre 2018),  et des universités suivantes : Université d’Adelaïde (Australie) et King’s Collège (Londres).

[2] Des souris adultes, mâles et femelles sont obligées d’ingurgiter de l’alcool afin de démontrer que la dépendance à l’alcool entraîne des troubles de l’apprentissage et des comportements inadaptés. Cela fait plus de 60 ans que les chercheurs utilisent les souris pour étudier le problème de l’alcoolisme chez l’homme. Par une recherche dans Pubmed (publications médicales) utilisant les mots clés « mice » (souris) et « alcohol », on constate qu’il existe 74.174 études qui correspondent à ce type de tests. Cela n’est plus supportable en 2023.

[3] https://www.psychologytoday.com/us/blog/animal-emotions/202309/forced-swim-test-fails-to-measure-human-depression

 

 1,896 total views,  12 views today

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez aider les animaux en aidant S.E.A. à lutter contre la maltraitance animale dans les laboratoires d’expérimentation.
Vous pouvez faire un don de 5 €, 10 €, 15 € sur le compte S.E.A. BE59 0682 0310 8226, rue des Cotillages 90, 4000 LIEGE
A partir de 15 €, vous devenez membre de S.E.A. et vous recevrez notre trimestriel pendant un an.
Tout don sera utilisé uniquement pour les animaux!









%d blogueurs aiment cette page :